Emplois Publics

 

L’aide à la création d’activités et d’emplois fait partie de nos priorités : les zones artisanales, agricoles, le tourisme et ses retombées économiques sont à encourager.

 

Pour autant, il ne faut pas oublier nos emplois publics.

 

A l’heure des regroupements de services, des télés serveurs internet, nous devons garder nos services publics de proximité.

 

La Révision Générale des Politiques Publiques a changé d’appellation, on parle de Modernisation de l’Action Publique ; mais la traduction reste la même « l’amélioration du service rendu au public en regroupant les services et les compétences ».

 

La référence à l’amélioration est le sésame pour faire passer la réforme dans les mentalités. Les regroupements par contre se feront sur un seul site et diminueront de facto les effectifs.

 

Nous devons donc être en mesure d’offrir des conditions d’accès, des moyens et un affichage fort envers les pouvoirs publics et autres décideurs afin d’attirer leur attention sur notre commune.

 

Aléria a une position géographique intéressante mais des menaces existent :

 

La Perception

Elle va être directement impactée par la dématérialisation des documents.

 

La poste et son centre de tri

Le manque de place dédié au tri postal ne nous a pas permis de reprendre la distribution du courrier de Bravone. Ce courrier était traité depuis Moriani, aujourd’hui il est repris par un nouveau centre de tri à Alistro !

 

Nous insistons donc, mais la zone artisanale promise depuis si longtemps aurait offert un lieu et un espace dédiés au tri postal, un auvent pour les jours de pluie, et facilité le travail des facteurs qui ne trouvent pas toujours une place pour se garer. De plus, le centre d’Alistro qui menace Aléria n’aurait peut être pas vu le jour !

 

L’immeuble de la mairie doit être surélevé de deux étages et devenir la maison des services publics avec un ascenseur pour l’accès aux handicapés.

 

La poste, la mairie, la sécurité sociale,…regroupés sous un même toit…nos administrés méritent cet effort.

 

Enfin, comment ne pas évoquer le centre de détention de Casabianda qui avec ses 70 agents de l’administration pénitentiaire et ses 140 détenus est le premier producteur de lait et autres produits si importants pour la Corse, et un acteur de premier plan pour l’économie de notre microrégion.

 

Nous attendons le développement de cette agriculture identitaire et l’effectif des détenus pourrait passer à 180 personnes, ce serait une garantie de pérennisation du centre de détention avec comme objectif l’équilibre budgétaire.